Section ​local​e ​Sud​ ​CEGEE
Des paroles mais surtout des actes...

Nos missions

Mieux vaut Sud à ses côtés

Fusion de nos entités : Il ne s'agit pas de nous opposer les uns aux autres, la direction s'en chargera bien assez tôt. Il s'agit de défendre nos emplois, nos droits et d'exiger des accompagnements pour tous les salariés frappés par une mobilité fonctionnelle et/ou géographique à la hauteur des ambitions économiques affichées par nos dirigeants.

Négociations : Sud ne participe pas au benchmark des accords existants, exercice puéril qui contribue à opposer les salarié(e)s des deux entités. Nous demandons la négociation de nouveaux accords en adéquation avec la nouvelle taille de notre entreprise, les nouveaux enjeux économiques, les nouvelles technologies. Mais surtout, nous rappellons à nos dirigeants que sans prise en compte des demandes des salarié(e)s, pierre angulaire de cette opération de rapprochement, leur fusion sera vouée à l'échec.

Charge de travail : Si rapports et enquêtes démontrent l'accroissement exponentiel de notre charge de travail, additionné des exigences réglementaires accrues, l'essentiel reste à faire : négocier les vraies mesures à mettre en place !

Temps de travail : En lien direct avec la charge de travail et le sous-effectif qui nous frappe, les heures supplémentaires non déclarées explosent. Nous exigeons la mise en place d'un outil en vue de mettre fin au travail dissimulé de surcroit encouragé.

 
Des paroles mais surtout des actes

Si ce sont exclusivement nos adhérent(e)s qui décident d'une signature ou non d'un accord négocié, le syndicat Sud est au service de l'ensemble des salarié(e)s lorsqu'il :
  • empêche la direction de déployer des projets néfastes ;
  • lutte contre les inégalités ;
  • dénonce les injustices et les pratiques inadmissibles ;
  • combat le sous-effectif, les heures supplémentaires et la souffrance au travail ;
  • restaure les salarié(e)s dans leur droit en saisissant la justice.
 
Ainsi nous avons :
Accompagné des salarié(e)s auprès de la DRH pour leur permettre d'exprimer leur mal être face à des managers au comportement inapproprié, leur nécessité d'adapter leur temps de travail, leur problème de santé, leur souhait de mobilité, leur difficulté professionnelle… et des solutions ont pu leur être apportées.

Accompagné et défendu des collègues menacés de sanctions voire de licenciement et des vérités ont été rétablies.
 
Mais nous avons aussi :
Saisi la justice lorsque les droits des salarié(e)s étaient bafoués et permis le versement d'arriérés salariaux pour plus de 360 000 e :
  • à des salarié(e)s à qui l'entreprise avait proratisé leurs avantages individuels acquis (prime d'expérience, familiale, vacances) en fonction de leur temps de travail ;
  • à des salarié(e)s contestant leur montant de part variable ;
  • à des couples de salarié(e)s injustement privés d'une prime familiale ;
  • à un salarié licencié sans cause réelle et sérieuse.
Fait condamner le Benchmark reconnu comme nuisible pour la santé des salarié(e)s.